SON HISTOIRE

Thierry Charrier est né en 1953. Sa scolarité chez les maristes lui permet d’associer l’individuel au collectif et le sport aux études. Après un rapide passage en préparatoire vétérinaire et un échec au concours,  il se dirige vers la médecine. Ce choix par défaut l’amène à la spécialité de psychiatre, seule orientation où l’humain et l’irrationnel se côtoient par nécessité. Est-ce son échec au concours vétérinaire ou son futur qui l’ont emmené dans cette direction ? Difficile à dire.

Puis il enchaine les spécialités de graphologue, de criminologue et d’épidémiologue. Il plonge ensuite dans l’hypnose éricksoniènne. Cette dernière orientation l’amène étonnamment vers la psychologie analytique de Carl Gustave Jung.

Cette orientation va lui permettre de relier la spiritualité à la philosophie et l’axe psychologique à l’axe scientifique de la mécanique quantique.  Outre son orientation libérale on le retrouve, tel un électron libre, comme intervenant en faculté ou consultant dans des écoles de commerce. Par ailleurs, il intervient en tant qu’expert, et/ou consultant dans différents dossiers, notamment l’affaire « Godard ». Il ajoute en parallèle un statut de conférencier.

Successivement, il va travailler au sein d’Unités de Malades Dangereux, de maisons d’arrêt et surtout en tant que formateur  avec l’Association de Psychologie Analytique jungienne.

Ses premiers écrits universitaires très diversifiés sur l’Ombre et l’Individuation comme les tatouages ou les conduites addictives ne sont pas représentatifs de sa démarche.

C’est avec son premier ouvrage Vitriol, qu’il présente son hypothèse psycho-quantique. L’intérêt suscité par cette proposition l’encourage à mieux faire passer le message par un roman Mon Alchimie.

Ce roman, véritable calque de Vitriol, est suivi par un livre de développement personnel : Comment Traiter son Abandon. Ce rapide opuscule s’oriente vers la nécessité de s’aimer.

Libéré des « astreintes » représentatives du psychiatre, il décide de se « lâcher » avec treize facettes du secret. ? Ces treize nouvelles qui nesont que les facettes d’une seule grande nouvelle, lui permettent de se dévoiler avec une prise de risque réelle compte tenu de son statut. Mais, dans la vie, ne faut-il pas sortir de sa zone de confort pour se découvrir ?

CARL GUSTAV JUNG :

« Connaître la face obscure de sa propre âme est la meilleure préparation qui soit pour savoir comment se comporter face aux parties obscures des autres âmes. »

INTERVIEW

Venez découvrir mon univers et comprendre quelques facettes cachées de mon dernier livre.

For privacy reasons YouTube needs your permission to be loaded.
I Accept