Depuis plus de 30 ans, je vois défiler dans mon cabinet un nombre croissant de patients qui souffrent d’abandon. Leurs demandes sont toujours les mêmes : traiter leur tristesse, leur certitude de ne pas être à la hauteur, leur sentiment d’exclusion, leur manque d’assurance… ». C’est ainsi que commence le petit essai du psychiatre « jungien » Thierry Charrier, installé à Lorient. Court, pratique et concret, « Comment traiter son abandon ou la nécessité de s’aimer » se présente comme une aide pour tous ceux qui souffrent d’abandon, « avec le sentiment de n’avoir pas été aimé, d’avoir été rejeté ou de ne pas avoir été reconnu ».

Le nécessaire abandon

« Étant donné qu’un relatif abandon est nécessaire pour grandir », le psychiatre aborde la douleur de l’abandon « lorsqu’elle devient pathologique, c’est-à-dire perturbante ». Parmi les formes classiques d’abandons, on trouve : les enfants non désirés, « transparents », non accompagnés, utilisés, rejetés, ou dévalorisés. Une chose est sûre, chacun de nous peut ressentir ce sentiment d’abandon. Trois solutions existent : on choisit l’indifférence, on préfère compenser ou alors on souffre. « Et si vous souffrez d’abandon, c’est que vous avez un avenir », insiste le médecin psychiatre. La solution : aller chercher au fond de soi-même ce qu’on a du mal à obtenir des autres, en toute humilité et en résistant à la pression de l’apparence. Et trouver cet équilibre subtil entre la reconnaissance d’autrui et son authenticité…

Pratique
Le psychiatre lorientais Thierry Charrier, déjà auteur de l’essai Vitriol et du roman « Mon alchimie » vient de publier « Comment traiter son abandon ou la nécessité de s’aimer ». Un opuscule illustré de nombreux exemples pour nous apprendre à dépasser cette souffrance. « Comment traiter son abandon ou la nécessité de s’aimer » chez Edilivre, 10 EUR.