L

e psychiatre lorientais vient de sortir une autobiographie qui éclaire sur la compréhension de l’âme humaine.

Trois questions à…

Après votre ouvrage Vitriol, quel message voulez vous faire passer avec ce nouveau livre, plus romancé ?

Après la publication de Vitriol, j’ai vite perçu que mon message n’était pas passé. À savoir l’idée de relier la philosophie, la psychologie aux dernières théories scientifiques de la physique quantique. Alchimie se veut un texte plus simple, plus humain.

En forme de voyages ?

Oui, il y en a plusieurs et tous symboliques. C’est une forme de quête. J’y raconte mes « rencontres » avec des personnages clés, capables de m’éclairer pour relier émotion et intellect. Il y a les psychanalystes que sont Freud, Jung, mais aussi les philosophes qui guident ma recherche : de Nietzsche, à Schopenhauer. Autant de données vérifiables ensuite au contact de mes patients, dans mon cabinet à Lorient.

Aujourd’hui, vous aboutissez à quelle conviction sur l’esprit humain ?

Nous sommes tous issus et liés à ce qu’on appelle une membrane. Le vide créatif qui nous entoure, nous relie et nous crée. Il est en correspondance avec notre inconscient. Cela dépasse les données classiques de la philosophie, de la psychanalyse. Aujourd’hui, je pense que nous sommes à l’aube d’une meilleure compréhension de notre fonctionnement conscient et inconscient. La connaissance sur ce sujet ne fait que débuter.

Mon alchimie de Thierry Charrier. Éditions Gunten. 19,90 €. Conférence et présentation du livre à « Dialogues » à Brest en janvier. Conférence et présentation à la librairie Quand les livres s’ouvrent en mars. Thierry Charrier participera également au salon littéraire de Zurich et à Paris, à l’institut Jungen, en mai.